Votre portefeuille net d’inflation, ca donne quoi ?

 

1 – Avec lequel de ces investisseurs aimeriez-vous passer la soirée ?

 

 

– Auguste vient de gagner + 5%/ans depuis 5 ans.

 

– Herbert vient de gagner + 15%/ans depuis 5 ans.

 

Je sais la réponse est simple, mais en général tout ce qui est trop facile cache quelque chose… le but de ce post est de vous faire poser les bonnes questions avant de juger si un portefeuille ou un investisseur mérite le détour ou pas.

 

 

2 – L’inflation, une donnée tellement sous estimée

 

Nous les traders, nous adorons parler de nos meilleures performances de tel ou tel trimestre. Souvent il s’agit de rendement à 2 chiffres, voir 3 pour les plus audacieux. Cela fait 2 trimestres que j’ai décidé d’allouer une partie de mon capital à un portefeuille long terme que vous pouvez suivre ici, et les règles du jeu ne sont pas du tout les mêmes.

Je dois vous avouer que je me suis retrouvé confronté aux mêmes dilemmes que la plupart d’entre vous. Celui dont je parle aujourd’hui concerne les rendements réels : ces fameuses performances après inflation.

En effet, au cours de mes nombreuses lectures et recherches de cette année j’ai pu constater que les rendements de tel ou tel portefeuille étaient très rarement exprimés nets d’inflation.

Pourtant, les cycles économiques s’enchainent à toute allure et les performances apparemment faibles d’un investisseur peuvent en fait cacher un trésor en période déflationniste, et inversement pour un investisseur apparemment performant pendant une période d’inflation.

 

 

3 – Inflation et portefeuille boursier

 

Pour faire simple, l’inflation représente la hausse des prix les plus représentatifs des conditions de vie d’une population. Le concept est simple :

– si le portefeuille fait mieux que l’inflation, alors l’investisseur gagne en pouvoir d’achat

exemple : inflation à 2% et performance du portefeuille à 5% = +3% de rendement réel

– si l’investisseur ne fait pas mieux que le taux d’inflation : il perd en pouvoir d’achat.

exemple : inflation à 15% et performance du portefeuille à +12% = -3% de rendement réel

 

Avec ces 2 petits exemples vous devez commencer à vous dire “Ok, Auguste et Herbert ont enregistré les performances de leur portefeuille sur un cycle économique de 5 ans…. mais quel était-il ? Récession – Prospérité – Inflation – Déflation ?”

Car c’est en effet à partir de cette donnée que l’on va pouvoir juger si Auguste et Herbert ont été bon ou pas. L’idée de force est de toujours faire mieux que le taux d’avancée ou de recul des prix. Ainsi même si les prix à la consommation recule de -5% cette année, et que le portefeuille  perd  -3%, le rendement réel sera positif de +2% ! Et cela signifie que votre stratégie aura été pertinente.

 

 

4 – Taux d’inflation au Japon depuis 30 ans

 

Sur le graphique ci dessous, nous constatons que depuis les années 1990, le taux d’inflation est la plupart du temps négatif (déflation) au Japon :

 

 

Dans cet exemple, un portefeuille bien construit et qui rapporterait en moyenne 5%/ans depuis 20 ans serait très pertinent puisque ses performances réelles seraient supérieures à 6%/ans depuis 20ans !

Vous pouvez retrouver mon article sur ce portefeuille Japonais, ou télécharger le manuel gratuit qui explique comment investir à long terme.

 

 

5 – Inflation aux Etats Unis depuis 1910

 

Ce graphique nous montre l’évolution du taux d’inflation depuis 1 siècle aux US :

 

 

Les cycles économiques s’enchainent à toute vitesse et ce graphique met bien en avant ce phénomène.

 

Par exemple dans les années 1970-1980, le taux d’inflation était très élevé et pourtant les bourses ont stagné:

 

 

Alors comment être performant dans de telles conditions ? L’or… il fallait posséder de l’or ou au moins des matières premières.

 

6 – Vous comprenez désormais toute l’importance du taux d’inflation pour vos investissements

 

– Ne pensez plus en terme de performance nominale mais de performance réelle (net d’inflation)

– Cherchez une stratégie ou un gérant qui superforme ce taux quelque soit les cycles économiques : Prospérité – Inflation – Déflation – Récession

Cédric Froment.

0 Commentaire

Laisser un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*