Prendre des grosses positions – seul un tiers du temps, les marchés sont favorables

On ne cesse de nous répéter que pour faire de grosses plus values sur les marchés, il faut savoir être certes discipliné mais aussi savoir parier gros au bon moment. Dans cet article nous allons découvrir grâce à une étude statistique, combien de temps les marchés ont véritablement été orientés à la hausse au cours de ces 115 dernières années. Ces périodes fastes sont idéales pour mettre le paquet, tandis que le reste du temps il faut savoir être suffisamment discipliné pour rester proche du marché sans pour autant y être forcément investit.

.

.

Etude de John Boik

John Boik est l’auteur d’une étude recensant les avancées majeures sur l’indice Dow Jones Industrial Average 30. Les postulats lui ayant permit de définir chaque grande tendance haussière sont :

1- Une avancée des prix d’au minimum 3 mois

2-  Une avancée des prix d’au minimum 40%

3-  Des corrections n’excédant pas les 15% pendant ces phases d’avancées

.
 

.

Cette étude empirique met en avant le fait que les avancées majeures sont rares puisqu’elles ne se produisent que 33% du temps. Le gain moyen de ces avancées est de 76% pour une moyenne de 14 mois. Ainsi depuis plus d’un siècle, nous constatons qu’il y eu 35 opportunités réelles pour les portefeuilles Long Only (uniquement haussier).

La plupart des investisseurs pensent que s’ils ne sont pas sur le marché, ils sont en train de louper des opportunités de faire de l’argent. Cette étude révèle exactement l’inverse. Presque 70% du temps, le portefeuille action d’un investisseur long only aurait dû être cash depuis 115 ans. Pour enfoncer le clou, cette étude a été réalisée sur une période de marché séculaire majoritairement haussière.

Lorsque vous êtes sur le marché vous supportez un risque, donc le but est d’y être le moins possible tout en y réalisant le maximum de performance. Etre cash pendant des semaines, des mois, voire des années n’est pas un manque de courage, bien au contraire, c’est l’assurance d’avoir suffisamment de ressources financières et émotionnelles pour risquer gros au bon moment. Très peu d’actions, même parmi les « values », résistent à la locomotive d’un marché baissier. Cette approche à elle seule permet de contrecarrer les effets de la théorie de la marche au hasard du portefeuille action (The random walk). Réaliser des performances récurrentes et consistantes ne relève pas du génie mais bel et bien d’une rigueur et d’une discipline dans l’approche des marchés à travers le temps. En effet la diversification d’un portefeuille investit uniquement sur les actions n’apporte aucune valeur d’un point de vue intemporel.

 .

.

Le leurre de la diversification d’un portefeuille action

Le marché action est un marché ne permettant pas de réelle diversification à travers le temps. Un marché haussier sera dominé par une minorité de titres qui seront agressivement accumulés par les gros fonds (20% sur le marché américains d’après l’étude statistique sur la distribution du capitalisme de Blackstar Funds) et le reste des titres seront simplement détenus ou vendus.

Les CTAs sont l’équivalent des fonds communs d’intervention sur les marchés à terme « FCIMT » en France. Leur allocation quant à l’exposition du risque portefeuille est dispersée sur plusieurs marchés complètement décorrélés les uns par rapport aux autres. En d’autres termes, si un actif se met à chuter alors que le CTA est acheteur dessus, un autre actif sur lequel le CTA est aussi acheteur ne sera pas contaminé par la baisse. De même que si le portefeuille est constitué de 20 positions sur 20 marchés différents ; si au cours de l’année :

 10 marchés occasionnent des pertes contenues car ils sont sans direction « choppy »

 5 lancent des tendances non soutenues et débouchant sur des trades avec de très faibles gains ou très faibles pertes

 5 entrent en véritable tendance ce qui permet au CTA d’effacer toutes les « pertes contenues » sur les 10 trades puis de générer la véritable performance de l’année.

Dans ce type de gestion on comprend tout de suite l’intérêt de la diversification, car chaque année il y aura toujours des marchés qui développeront des grandes tendances générant de la plus value pour les fonds directionnels.

 Le portefeuille long only est concentré sur un unique marché et dans une seule direction. L’exposition globale du portefeuille doit donc être définie sur des critères différents de ceux des CTAs. Déterminer la phase du marché est donc primordiale pour les opérateurs traitant sur les actions.

La réelle question que doit soulever cet article est : êtes-vous en mesure de déterminer avec précision dans quel état le marché se situe ? la survie de votre portefeuille en dépend…

Cédric Froment

0 Commentaire

Laisser un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*