Quelle est la performance des traders indépendants en bourse ?

On entend tout n’importe quoi sur les performances des traders en bourse.

Que ce soit dans les banques ou dans les films, c’est la compétition de qui aura la plus grosse.

Mais derrière tout ce spectacle se cache une réalité plus humaine et authentique. Je vous laisse découvrir cela dans cet article.

 

Quelle performance peut-on faire chaque année en bourse ?

Lorsque j’échange avec des spéculateurs novices, l’une des 1ere questions que l’on me pose c’est :

  • ça rapporte combien ?
  • quel pourcentage de perf puis-je faire chaque année ?

Ces questions sous-entendent que le débutant va être en mesure d’obtenir ce résultat.

Il ne s’inquiète pas de :

  • la taille de son capital (Petit – Moyen – Important)
  • sa propre tolérance au risque (Accepte-t-il des mouvements adverses de -8% sur son portefeuille ou de -60% ?)

Nous verrons dans cet article qu’un trader avec un capital de 5000euros n’aura pas le même genre d’émotion qu’un trader avec un capital de 500 000 euros.

Cela débouchera sur 2 types de money management différents.

Et donc 2 types de performances.

 

C’est quoi ton % de trade gagnant ?

Il s’agit d’une autre question qui est souvent posée par manque de compréhension de comment sont générées les performances d’un portefeuille.

Implicitement, cette question sous-entend qu’avec 70%, 80% ou 99% de trades gagnants on est le roi du pétrole…

 

Alors qu’avec une approche à 30% de trades gagnants, on est un trader raté.

Là aussi, la personne qui pose cette question part du postulat que chaque trade rapporte la même performance.

Elle n’a donc aucune conscience de l’existence des accidents positifs de richesse en bourse (c’est la distribution du capitalisme dont je parlais dans cet article).

Dans la réalité des marchés, une minorité des trades sont responsables de toute la performance annuelle du trader.

 

Le trader aux 99% de réussite – Le roi du pétrole ?

Ainsi un trader avec 99% de réussite, et 100 transactions sur l’année, ça donne ça :

  • Trades gagnants : 99 fois +10euros
  • Trade perdant : 1 fois -1000 euros

À cause de son seul trade perdant, il finirait son année en négatif de -10euros (sans compter les frais de courtage).

Cela parce qu’il a complètement inversé le processus pour exploiter les marchés.

À savoir borner ses pertes et laisser exploser ses gains.

 

Le trader aux 30% de réussite – Le roi des loosers ?

Un trader qui est aligné avec les bons postulats peut n’avoir que 30% de trades gagnants… cela lui sera largement suffisant pour faire exploser les compteurs chaque année.

Le hasard définit complètement la distribution des gains dans un portefeuille financier.

Le trader doit embrasser ce hasard, cette incertitude.

Il doit être conscient que parmi les 100 prochaines transactions, il n’a aucune idée de celles qui vont finir en perte et encore moins de l’amplitude des gains des bons trades.

On peut parler d’acte de foi.

Pourtant, à l’image de la gravité terrestre, c’est la règle qui régit l’univers des marchés financiers.

Quand je saute en l’air, j’ai foi en la gravité pour qu’elle me ramène sur le sol.

Quand j’applique ma routine en bourse, j’ai foi en la distribution du capitalisme pour qu’elle me ramène une rentabilité significative.

Le job du trader aux 30% est d’être ultra rigoureux sur les choses auxquelles il est au contrôle.

À savoir un money management qui repose sur 2 piliers:

1/ Etre en mesure d’enregistrer des accidents positifs de richesse sur les fameux 30% de trades gagnants (le trader ne sait pas à l’avance jusqu’où ses gains peuvent aller, il n’y a qu’a voir le Bitcoin…)

2/ Etre capable de maîtriser ses pertes sur les 70% de trades perdants (le trader sait exactement ce qu’il peut perdre, et ce montant ne le met pas dans une situation à risque)

 

Et puis il y a les boursicoteurs qui mélangent tout avec tout…

Ils s’agit des boursicoteurs du dimanche.

Ils ont déjà à leur actif plusieurs 100aines, voir milliers, de trades.

Ils comprennent de nombreuses choses en bourse.

Mais ils n’ont pas fait la connexion entre toutes leurs connaissances pour transformer ça en machine de guerre.

Ils n’ont pas su mettre en place un écosystème cohérent, une routine qui exploite uniquement les bons process en abandonnant définitivement les mauvais processus décisionnels.

Leurs portefeuilles n’ont pas une courbe ascendante de gain.

Le gros problème de ces profils, c’est qu’il leur est très difficile de se remettre en question.

Car ils ont déjà vécu tellement de chose sur les marchés… ils pensent que LEUR réalité, c’est LA réalité.

Que ce n’est pas vieux singe qu’on va apprendre à faire des grimaces… même si ce vieux singe a vécu toute sa vie dans une cage et n’a jamais vu le monde.

 

Voici un exemple sur lequel je suis tombé

Un boursicoteur du dimanche demandait à un élève de mon école LSL (Le Spéculateur Libre) quelle avait été sa performance sur les X derniers mois.

Lorsque l’élève lui à répondu +9%….

….le boursicoteur du dimanche (qui a de nombreuses connaissances) s’est empressé de comparer sa performance à celle du CAC 40 en lui disant : le cac a fait +11%, soit “2% de mieux que toi”, donc ta performance est nulle.

“Ca ne vaut vraiment pas le coup de se former si c’est pour faire moins qu’un investissement en passif”.

BOOM, fin du raisonnement pour le boursicoteur du dimanche.

Dans sa tête, il sait tout, il a raison, il n’a pas envie d’apprendre quoi que ce soit : fin de la partie pour lui.

 

À aucun moment la conversation n’a pris cette tournure :

  • Boursicoteur du dimanche : “Quand le CAC perd -40% ou -60%, combien tu perds au maxi toi ?”
  • Élève LSL : “Autour de -8% max au pire moment”
  • Boursicoteur du dimanche : “Donc ça signifie que le CAC est 7.5 fois plus risqué que toi puisqu’il peut descendre dans les environs des -60%! Donc si on ajuste au même niveau de volatilité le CAC et ton portefeuille, tu as fais 7.5 fois mieux que le cac !”
  • Élève LSL : “C’est exact. Mon money management est calibré pour accepter une baisse d’environ -8% max sur mes trades cloturés. C’est ce qui me permet d’être à l’aise pour trader. Ma performance est la conséquence de ma tolérance au risque. Si j’avais eu une tolérance au risque de -60%, comme le CAC, j’aurais un money management qui m’aurait permis de faire 7.5 fois plus de performance sur la même période. Soit une performance de +67.5% de performance alors que le CAC n’enregistrait que +11%.”

 

 

  • Boursicoteur du dimanche : “Je commence à mieux comprendre cette histoire de money management ! Plus on a un portefeuille « petit » et plus on est, émotionnellement, en mesure d’accepter des baisses importantes sur son portefeuille. Et du coup, les gains seront aussi plus importants. Plus on est frileux (souvent quand on a un gros portefeuille) plus on préfère avoir de faibles baisses de son portefeuille pour bien dormir la nuit, quitte à obtenir des performances moins « hors normes ».”
  • Élève LSL : “C’est exactement ça.”

Cette conversation aurait vu le jour si le boursicoteur du dimanche avait eu l’esprit ouvert, et si son but n’était pas de rabaisser l’élève.

 

“Pour devenir un bon trader, il faut avoir des valeurs humaines hautes”

 

Je dois vous confesser une chose qui est probablement ma plus grande fierté depuis 2ans

Dans la vie, on attire les gens qui nous ressemblent.

Et dans le groupe privé des élèves de mon école, l’état d’esprit et les échanges sont de très belle nature.

Je me serais posé de véritables questions identitaires si j’avais eu une promotion LSL de “boursicoteurs du dimanche” dans l’école 🙂

 

Moralité : ne jugez pas les gens sur VOTRE 1ere impression

Lorsque vous demandez à un trader sa performance ou son taux de réussite, creusez la question :

  • Quel montant de capital a-t-il sous gestion ?
  • Est-ce que ce capital correspond à 100% de son patrimoine ou à 5%…
  • Quelle est sa tolérance au risque ?
  • Est-il à l’aise avec le montant qu’il gère? ou est-il nerveux ?

Sans les réponses à ces questions, vous n’avez pas les données pour vous faire un avis.

Sans les réponses à ces questions, vous êtes dans la cour de récréation en train de jouer à qui a la plus grosse.

Ce n’est pas constructif et vous ne voulez pas fréquenter des gens comme ça.

 

Comment s’y prendre quand on débute en bourse et pour quelles performances?

Un trader débutant, même avec un petit capital, devra avoir un money management très prudentiel afin de prendre confiance en lui.

Ses performances seront donc très « light » à court terme, mais c’est pour mieux préparer son avenir à long terme.

Par expérience, un swing trader hebdo qui pratique un money management de 0,5% à 0.8% de risque par trade  (en fonction de la phase du marché : range Vs hausse) aura une performance moyenne annuelle qui oscille autour de 30%. Et cela pour un drawdown max autour de -8% sur les trades clôturés pendant les pires moments de sa vie.

Si vous êtes prêt à accepter 2 ou 3 fois plus de risque (-16% ou -24%) vous pourrez aussi doubler ou tripler vos perfs moyennes.

Pour cela vous doublerez ou triplerez votre risque par trade.

Il est donc VITAL de calibrer son money management en partant de sa propre tolérance au risque (soyez honnête avec vous-même !).

Ne calibrez surtout pas votre money management sur vos objectifs de gains, c’est la voie express pour abandonner.

Les gains ne sont que la conséquence d’un écosystème bien construit: une routine qui respecte vos émotions et votre vie perso.

 

Un débutant à +45% en 1 an sur son PEA (90% de réussite)

Il s’agit de mon élève LSL, Fernando qui était un grand débutant il y a encore 1an.

 

Là notre boursicoteur du dimanche aurait été dans le déni en balançant simplement «Fernando n’existe pas».

Pourtant Fernando est intervenu toute l’année dans le groupe privé de l’école.

Et tous les trades de son track records ont été annoncés dans l’école en live dans le suivi hebdo.

 

Si on regarde en détail les performances de son track records

 

  • Sur 21 trades, seulement 2 trades ont été coupés en perte suite à un déclenchement du stop loss.

Les pertes sont restées ultra maitrisées avec -0.9% et -1.4% (sur une stratégie de coupe) avec un money management très défensif.

  • Il a enregistré 90% de réussite!

Je vous rappelle que cette variable ne veut rien dire sans une lecture approfondie de la taille des gains et des pertes; et sans vérifier que le spéculateur opère en conservant des pertes bien plus petites que ses gains potentiels.

Un tel score n’est possible qu’en ayant un haut niveau de sélectivité sur ses trades : ce que Fernando a brillamment réalisé malgré son statut de débutant.

  • Il y a eu 4 accidents positifs de richesse

Ils sont responsables de toute la performance du portefeuille (la loi de Pareto s’applique à la bourse).

  • Tous les autres trades qui “ne vont nulle part” ont été maîtrisés par une bonne application du money management et du plan de trade

Voilà comment en 1an, un débutant surpasse un boursicoteur du dimanche avec 10ans de bouteille…

Tout est dans l’état d’esprit et la routine.

Soyez une belle personne et il vous arrivera de belles choses.

Bravo Fernando 🙂 You rock !

 

Ces questions que vous me posez vont-elles améliorer votre performance?

Je reçois régulièrement ce genre de question :

  • Tu as combien de Bitcoin ?
  • Peux-tu me lister ton patrimoine immobilier ?
  • Tu as gagné combien en bourse cette année ?
  • Quel pourcentage de ton patrimoine as-tu en or physique ?
  • C’est quoi la perf de ton patrimoine sur les 3 dernières années ?
  • Tu as investi combien dans des start up ?
  • As-tu une Assurance Vie au Luxembourg ?
  • Quel pourcentage de ton patrimoine attribue tu au Swing Trading Hebdo comparativement à ton portefeuille long terme ?
  • Combien as-tu en dollar et en euro ?
  • Tu manges vraiment des salades tous les midis ? 🙂

Je comprends parfaitement qu’à l’ère des réseaux sociaux, où tout le monde exhibe sa vie privée, certaines personnes n’éprouvent aucune gêne à poser ce genre de questions relevant de la vie privée.

Ce qu’il faut comprendre, c’est que mes réponses ne vous aideront pas à avancer vers vos propres objectifs de vie.

Car mes actes correspondent à ma situation et à ma personnalité, pas à la vôtre.

Ce sont donc les mauvaises questions à se poser.

Nous avons chacun notre propre tolérance au risque, un patrimoine différent, une appétence à la diversification différente.

Ces questions reposent davantage sur un rapport de gourou à élève, plutôt que sur un rapport de catalyseur à élève.

Vous le constatez, j’ai une passion débordante pour le monde de la bourse et de l’investissement.

J’ai aussi un intérêt presque maladif pour le développement personnel.

Je suis obsédé par l’idée de s’améliorer en tant qu’être humain.

Et si j’ai bien compris une chose, c’est que le statut de gourou à élève cloisonne la pensée d’une communauté.

Ca génère de l’immobilisme en rendant captif l’être humain.

 

« Parle à l’inconnu comme s’il était un influenceur, et à l’influenceur comme s’il était un inconnu »

 

C’est se mettre au même niveau que l’élève, en devenant un simple catalyseur, qui permet de déclencher des changements de vie d’une puissance phénoménale.

Cette valeur (l’empathie) je vous encourage à l’adopter.

Elle aura un rayonnement solaire sur votre entourage.

Des élèves ont des performances encore plus époustouflantes que Fernando.

Mais il faut bien comprendre qu’avec un ou deux zéros de plus sur leurs comptes de bourse, leur money management serait beaucoup plus tempéré.

 

Le replay de la webconférence sur mon histoire vécue en bourse est disponible

Dans cette conférence, je vous parle des 5 phases par lesquelles je suis passé (de trader débutant à trader rentable).

Vous y trouverez mes méthodes pour efficacement mettre en place votre routine de swing trading daily:

 

Cédric Froment

8 Commentaires

  1. AC 13/12/2017 Répondre

    Bonjour Cedric,

    Je n’ai pas suivi ta formation (encore que j’avais lu ton livre, acheté et lu il y a quelques années du temps d’objectif eco, sans tout bien comprendre à l’époque – malheureusement – car je le consulte aujourd’hui en constant que j’en partage bien des aspects que je comprend aujourd’hui :))
    J’avoue ne plus apprendre grand chose en te suivant mais c’est pourtant un réel plaisir de te suivre assidument chaque semaine.
    J’ai probablement trouvé ma façon de trader de façon autonome aujourd’hui. Malgré tout, ton approche faite de modestie, de technique, et basée sur la rationalité pure et seulement la rationalité, m’apporte toujours beaucoup en agissant comme un coach qui m’accompagnerait pour me rappeler les basics (MM, importance du momentum, agir avec le marché, avec un point de vue toujours frais et pertinent sur l’actualité des marchés) régulièrement.
    Comme d’autres lecteurs ici, j’apprécie énormément ton état d’esprit et prend donc la peine d’écrire ici pour te remercier, sincèrement. En te souhaitant tout le succès que tu mérites.
    Cordialement

  2. youssef 12/12/2017 Répondre

    Bonsoir Cédric
    Je suis comme David je te suis depuis 2013 et j’ai découvert la bourse grâce à toi. Tes formations son facile d’accès. J’apprécie également ton état esprit.
    Tu es un Jedi de la Bourse et j’espère un jour rejoindre ton club.
    Youssef

  3. Le stunff 12/12/2017 Répondre

    Bonsoir Cédric

    Très bel article, bien pensé et bien réfléchi

    Tu donnes vraiment envie de suivre tes conseils

    Cependant , je ne comprends pas cette phrase :

    Si j’avais eu une tolérance au risque de -60%, comme le CAC, j’aurais un money management qui m’aurait permis de faire 7.5 fois plus de performance sur la même période. Soit une performance de +67.5% de performance alors que le CAC n’enregistrait que +11%.”

    Peux tu expliquer ?
    En quoi la perf aurait été de 67,5% avec une tolérance au risque de -60% ?

    Merci à toi
    Jean Philippe

  4. Maxime 12/12/2017 Répondre

    Tout est dit dans ton post et dans les commentaires… merci a toi de prendre autant de temps a nous former…

  5. Lucas 12/12/2017 Répondre

    Bonjour Cédric,

    Un accident positif de richesse en live :
    ARGX : j’ai pris la moitié des bénéfices hier soir (PV de 84.7% net)
    L’autre moitié cours toujours… (118% de PV latente à ce jour)

    Merci pour tout !

  6. molliex-donjon 12/12/2017 Répondre

    Bonjour Cédric,
    cela ne fait que confirmer ce que je pense de toi: une personne remarquable.
    Respect.

  7. PAGNIEZ Didier 12/12/2017 Répondre

    Bonjour Cédric,
    Je regarde régulièrement tes vidéos et ou articles depuis ta vidéo sur laquelle j’étais arrivé au hasard de mes recherches sur la bourse “le Brexit m’a ruiné” il y a un peu plus d’un an maintenant.
    j’étais un tradeur du dimanche, j’ai commencé en bourse a l’introduction d’ Eurotunnel.
    Je n’ai pas suivi ta formation mais je n’ai plus manqué une seule de tes vidéos depuis la première que j’ai vue.
    Et a partir de la tout a changer pour moi en bourse, car tu n’as jamais été avare de milliers de conseils gratuit.
    Une des clés a été pour moi le money management c’est a dire savoir sizer ses positions en fonction du risque que l’on est prêt a prendre.
    Ce qui est le plus incroyable c’est que je dors trés bien même si je me prends un moins 30% journalier sur une valeur.
    Bien entendu tous les autres clés sont aussi très importantes.
    Je ne suis pas aussi bon que Fernando, j’enregistre en YTD 33.13% à ce matin avec un Drawdown maxi de 4.5% et cela me convient parfaitement.
    Alors un grand merci Cédric pour ton partage.
    Bravo
    Cordialement
    PAGNIEZ Didier

  8. David 12/12/2017 Répondre

    Bonjour Cédric,
    Je te suis depuis un petit moment. Je n’ai pas suivi de formation avec toi mais j’y pense dans le futur. Surtout quand je lis des articles intéressants et humanistes comme celui-ci. J’apprécie énormément ton état d’esprit.
    Lorsque j’aurai une situation financière plus stable et un capital suffisant j’essaierai de suivre ton chemin.
    Bravo.

Laisser un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*